Pexie mammaire ou ptose mammaire

La Pexie mammaire est la chirurgie de la ptose mammaire qui est définie par un affaissement de la glande et une distension de la peau qui l'enveloppe. Le sein est en position trop basse et il est « déshabité » dans la partie supérieure. Elle peut exister d'emblée, on parle alors de ptose pure, mais elle survient le plus souvent après un amaigrissement important ou une grossesse avec allaitement. Elle est parfois associée à une hypertrophie mammaire ou au contraire dans le contexte d’un sein trop petit (hypotrophie mammaire).

L’intervention consiste à remettre l’aréole et le mamelon en bonne position, puis à reconcentrer et ascensionner la glande et enfin à retirer l’excès de peau pour obtenir des seins harmonieux, joliment galbés et ascensionnés.

En cas de ptose très importante, les berges de la peau sont alors suturées traçant la forme d’un T inversé au pourtour de l'aréole entre la peau brune et la peau blanche, verticalement entre le pôle inférieur de l'aréole et le sillon sous-mammaire et enfin horizontalement dissimulée dans le sillon sous-mammaire. La longueur de la cicatrice horizontale est proportionnelle à l'importance de la ptose.

Plus fréquemment, lors de ptose modérées, le chirurgien peut utiliser une méthode dite « verticale » permettant de supprimer la cicatrice transversale dans le sillon sous mammaire et par conséquent de réduire la rançon cicatricielle. Dans certains cas de ptose mammaire très modérée, il est possible d'utiliser une technique permettant d'effectuer la correction de l'affaissement uniquement avec une cicatrice autour de l'aréole.

Enfin, lorsque la ptose est associée à une insuffisance de volume (hypotrophie mammaire), il peut être souhaitable de mettre en place, dans le même temps opératoire une prothèse pour redonner au sein un volume satisfaisant. Dans ce cas, il est souvent possible de retirer l'excès de peau autour de l'aréole et de limiter ainsi la cicatrice uniquement à un cercle péri-aréolaire.

C’est une intervention qui est pratiquée sous anesthésie générale, qui peut durer entre 1h30 et 2h30 et qui provoque peu de douleurs, sauf dans le cas où le chirurgien place également une prothèse mammaire. Un gonflement (œdème) et des ecchymoses (bleus) des seins, ainsi qu'une gêne à l'élévation des bras sont fréquemment observés. Le chirurgien prescrit alors un léger traitement antalgique durant quelques jours.

En fin d'intervention un soutien-gorge est mis en place. Le premier pansement est retiré au bout de 24 à 48 heures et est remplacé par un pansement plus léger, imperméable qui permet de se doucher.

La sortie de la clinique a lieu 24 à 48 heures après l'intervention, puis la patiente est revue en consultation deux à trois jours plus tard. Le port du soutien-gorge est conseillé pendant environ un mois, nuit et jour.

Un résultat optimal ne peut être espéré avant un an après l’intervention. Ceci en raison du délai nécessaire à l'atténuation des cicatrices. Il conviendra d’ailleurs d’organiser une bonne surveillance pendant cette période, au rythme d'une consultation environ tous les trois mois.

Une intervention mammaire pour ptose peut être effectuée à partir de la fin de la croissance et au-delà pendant toute la durée de la vie. Une grossesse ultérieure est bien évidemment possible, ainsi qu'un allaitement, mais on conseille d'attendre au moins six mois après l'intervention. Le risque de survenue d'un cancer n'est pas augmenté par cette intervention. Le sein opéré est un sein qui reste sensible aux variations hormonales.

On peut associer à la pexie mammaire du lipofilling pour un résultat plus naturel.