Reduction mammaire ou hypertrophie mammaire

L'hypertrophie mammaire est définie par un volume démesuré des seins par rapport à la morphologie de la personne. Cet excès de volume est en général associé à un affaissement des seins (ptose mammaire) et parfois à un certain degré d'asymétrie. L'hypertrophie mammaire implique presque toujours un retentissement physique et fonctionnel (douleurs du cou, des épaules et du dos, gêne pour la pratique des sports, difficultés vestimentaires). Compte tenu de ces troubles l’intervention chirurgicale de réduction mammaire est généralement prise en charge financièrement par l’assurance maladie.

L’objectif de l’opération est de réduire le volume des seins, de corriger la ptose et toute éventuelle asymétrie afin d’obtenir des seins harmonieux par rapport à la morphologie de la patiente.

L'ablation du tissu glandulaire en excès est pratiquée, puis il faut ensuite adapter l'enveloppe cutanée, ce qui implique de retirer l’excès de peau de manière à assurer une bonne tenue et un bon galbe aux nouveaux seins. Les berges de la peau sont alors suturées traçant la forme d’un T inversé au pourtour de l'aréole entre la peau brune et la peau blanche, verticalement entre le pôle inférieur de l'aréole et le sillon sous-mammaire et enfin horizontalement dissimulée dans le sillon sous-mammaire.

La réduction mammaire peut être effectuée à partir de la fin de la croissance et au-delà pendant toute la durée de la vie. Une grossesse ultérieure est bien évidemment possible ainsi qu'un allaitement, mais on conseille d'attendre au moins six mois après l'intervention. Le risque de survenue d'un cancer n'est pas augmenté par cette intervention. Le sein opéré reste sensible aux variations hormonales.

L'intervention est réalisée généralement sous anesthésie générale et peut durer de 1 à 2 heures. Une hospitalisation d’une journée est en principe suffisante.

Les suites opératoires consistent principalement à surveiller attentivement les cicatrices. Il est fréquent qu’elles prennent un aspect rosé et gonflé au cours du 2ème et 3ème mois suivant l’intervention. Au-delà, elles s’estompent progressivement pour devenir peu visibles avec le temps. Elles ne disparaissent jamais totalement mais peuvent devenir très discrètes. Une sensation de tension des seins est parfois constatée chez les patientes. Le chirurgien prescrit alors un léger traitement antalgique durant quelques jours.

Une convalescence et un arrêt de travail d'une durée de 8 à 10 jours sont à prévoir. Les activités sportives peuvent être reprises dans un délai d’un à deux mois.